Entérite Transmissible de la Dinde

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connus sous le nom de: Coronavirus de la Dinde - Virus de la Maladie de la Crête Bleue - Virus de l'Entérite Transmissible

Introduction

Les coronavirus de la dinde sont membres de la famille des coronavirus et apparentés au virus de la Bronchite Infectieuse Aviaire.

Ils donnent lieu à une maladie gastro-intestinale.

Les coronavirus de la dinde de sont pas une zoonose.

Distribution

L’entérite transmissible de la dinde a été décrite en Amérique du Nord, en Europe (y compris le Royaume Uni) et au Brésil.

La transmission est pas voie orale et peut être facilitée par l’homme, les véhicules et la vermine.

Animaux touchés

Les jeunes volailles sont le plus sévèrement touchées par la maladie.

Signes cliniques

Les jeunes volailles ont la mortalité la plus élevée. La manifestation clinique la plus courante est une maladie gastro-intestinale à l’origine d’une diarrhée blanche, verte ou jaune, une anorexie et un malaise. Il peut aussi y avoir déshydratation, hypothermie, fièvre et faiblesse. La peau des adultes devient souvent plus foncée. Leurs ailes sont souvent tombantes. Le taux de morbidité est souvent de 100% et les oiseaux se blottissent les uns contre les autres. Il y a une chute rapide de la ponte.

Les coronavirus de la dinde sont l’un des pathogènes associés au Syndrome Entérite-Mortalité du Dindonneau qui sévit aux Etats-Unis d’Amérique et affecte les dindonneaux jusqu’à l’âge d’un mois.

La guérison commence après 5 jours mais les oiseaux peuvent prendre des semaines à regagner du poids. Les oiseaux rétablis de peuvent plus attraper la maladie, mais excrètent le virus pendant des mois et peuvent le porter à vie.

Diagnostic

Les signes cliniques sont suggestifs de la maladie, mais ne permettent pas un diagnostic définitif.

Lors de la nécropsie, les oiseaux infectés ont un duodénum et un jéjunum gonflé, pale et flaccide, avec un infiltrat de cellules mononucléaires. Les lésions épithéliales sont plus sévères dans le jéjunum. Il y a une atrophie des villosités sur l’examen histologique. Les nucléoles des cellules infectées peuvent apparaitre plus prononcés. Les cellules à gobelet sont en nombre réduit et il peut y avoir une séparation épithéliale.

Le microscope électronique peut être utilisé pour trouver des particules de coronavirus dans le contenu intestinal, mais cela peut être difficile. Immunofluorescence indirecte et l’immunoperoxidase peuvent démontrer le virus. Un ELISA modifié est capable de détecter les anticorps au coronavirus et sera une option utile pour le dépistage de la maladie. La PCR peut aussi être utilisée.

Traitement

Pour aider les oiseaux infectés, on peut les garder au chaud et administrer : lait de vache en poudre avec du chlorure de potassium, des antibiotiques et du sulfate de cuivre.

Prévention

Aucun vaccin n’est disponible, mais les oiseaux guéris sont immunisés à vie.

Lors d’une épidémie, il est recommandé de mettre en place un vide sanitaire et de limiter l’accès aux locaux. Des mesures de biosécurité doivent être en place et tout oiseau provenant d’un marché a le potentiel d’être infecté par la maladie.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: turkey coronavirus and turkey coronavirus infections accédée le: 21/06/2011






Cook, J. (2007) Coronaviridae. In: Poultry Diseases, 6th Edition (eds. Pattison, M., McMullin, P., Bradbury, J., Alexander, D.) Saunders, Elsevier, pp 340-349

Guy, J.S. (2008) Turkey Coronavirus Enteritis. In: Diseases of Poultry, 12th Edition (eds. Saif, Y.M., Fadly A.M., Glissen J.R., McDougald L.R., Nolan L.K., Swayne D.E.) Wiley-Blackwell, pp 330-338