Exanthème Vésiculeux du Porc

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connu sous le nom de: EVP - Virus du Lion de Mer de San Miguel

Agent étiologique: Calicivirus - Virus du Lion de Mer de San Miguel - VLSM

Cette maladie a été éradiquée de façon mondiale en 1959.

Introduction

L’exanthème vésiculeux du porc (EVP) était une maladie virale des porcs en Amérique entre 1932-1959 entrainant des lésions similaires à la 'fièvre aphteuse et entrainant des pertes économiques immenses. La maladie ne s’est que déclaré en Amérique, tout d’abord en Californie, et elle est maintenant éradiquée. Le virus impliqué était un calicivirus.

Des virus apparentés peuvent être isolés d’espèces mammifères marines le long de la côte pacifique des USA, appelés Virus du Lion de Mer de San Miguel (VLSM), et sont capables d’entrainer une maladie vésiculeuse chez le porc sous des conditions expérimentales.

Il y a eu un cas d’infection par EVP chez l’homme, pendant des tests de laboratoires et non pas d’un animal infecté.

Distribution

La maladie a débuté en Californie puis s’est propagée à travers les USA.

La transmission du virus était du au départ à l’alimentation des porcs avec des restes de porc cru. Ceci a été interdit aux USA en 1956 et le virus a été éradiqué en 1959. La transmission est aussi possible par contact avec un porc infecté.

Un seul autre incident à l’extérieur des USA a été décrit, en Islande. Cet épisode était aussi lié à la nourriture des porcs contenant du porc cru.

Le VLSM est retrouvé tout au long de la côte Pacifique. Il est possible que la maladie se soit répandue jusqu’à la Russie et jusqu’au Japon.

Animaux touchés

L’EVP n’a qu’été décrit chez le porc, ce qui le distingue de la fièvre aphteuse.

Le VLSM infecte des hôtes variés, dont les pinnipèdes et les cétacés. Certains autres virus ont été décrits chez les reptiles, les bovins, les primates et les moufettes.

Signes Cliniques

Il y a des lésions vésiculaires dans la cavité orale, sur le museau, et sur la plante, la couronne et les espaces interdigitaux des pattes.

Les lésions orales provoquent une salivation excessive, une protubérance de la langue, une dysphagie et une anorexie. Les lésions du nez entrainent une obstruction des voies aériennes. Une fois rompues, les vésicules forment des cloques, des déchirures et des érosions. Il peut aussi y avoir une diarrhée.

Les lésions des membres sont souvent au niveau de la couronne des sabots et entrainent gonflement, inflammation et boiterie.

Il y a souvent une fièvre chez les porcs infectés.

Les lions de mer peuvent avorter.

Diagnostic

Il faut impérativement différentier cette maladie du virus de la Somatite Vésiculaire, de la maladie Vésiculaire Porcine et de la Fièvre Aphteuse.

Les méthodes sérologiques sont préférées, telles que la neutralisation du sérum, la fixation de complément, et la précipitation sur gel d’agarose. La PCR est aussi disponible.

L’histopathologie révèle un gonflement des squames épithéliales, une pyknose et une karyorhexie. Le virus se propage aux cellules environnantes. Les cellules épithéliales montrent des signes de dégénération et d’œdème intracellulaire. Il y a aussi hémorragie et œdème dans les tissue sous-cutanés.

Le virus réplique principalement dans la couche de malphigie dans le derme, et celle-ci est infiltrée par les neutrophiles, faible, avec un œdème, déplaçant l’épiderme vers le haut et entrainant la formation d’une vésicule.

Il y a destruction des lymphocytes dans les nœuds lymphatiques, congestion et œdème. Le virus peut être isolé de ces sites car il s’y réplique également.

Traitement

Il n’y avait aucun traitement pour la maladie, mais les signes disparaissaient en 10-14 jours et le taux de mortalité était bas. Les soins palliatifs ont aidé le rétablissement et les antibiotiques ont prévenu les infections secondaires.

Contrôle

Le programme d’éradication de la maladie aux USA, caractérisé par une interdiction de l’utilisation de viande de porc crue comme nourriture pour les porcs, et par des protocoles de quarantaine, a eu du succès.

La surveillance du VLSM dans les populations sauvages est une mesure préventive de valeur.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: vesicular exanthema of swine and Calicivirus accédée le: 20/07/2011






Smith, A. W., Akers, T. G., Madin, S. H., Vedros, N. A (1973) San Miguel sea lion virus isolation, preliminary characterization and relationship to vesicular exanthema of swine virus. Nature, 244:108-110

Smith, A. W., Anderson, M. P., Skilling, D. E., Barlough, J. E., Ensley, P. K (1986) First isolation of calicivirus from reptiles and amphibians. American Journal of Veterinary Research, 47(8):1718-1721; 37

Smith, A. W., Mattson, D. E., Skilling, D. E., Schmitz, J. A (1983) Isolation and partial characterization of a calicivirus from calves. American Journal of Veterinary Research, 44(5):851-855

Smith, A. W., Skilling, D. E., Benirschke, K (1985) Calicivirus isolation from three species of primates: an incidental finding. American Journal of Veterinary Research, 46(10):2197-2199; 28

Seal, B. S., Lutze-Wallace, C., Kreutz, L. C., Sapp, T., Dulac, G. C., Neill, J. D (1995) Isolation of caliciviruses from skunks that are antigenically and genotypically related to San Miguel sea lion virus. Virus Research, 37(1):1-12; 57