Hépatite Virale du Canard

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connu sous le nom de: DHV

Agent étiologique: Virus de l'hépatite du canard de type 1 et 3 - DHV-1 - DHV-3

Introduction

L’hépatite virale du canard est due à au moins 3 virus dont le plus commun et le plus répandu est le virus de l’hépatite du canard (DHV pour Duck Hepatitis Virus) de type 1. Le virus est à l’origine d’une infection létale des canetons, donnant lieu à opisthotonos et hépatite.

Animaux touchés

Seuls les canards sont touchés. DHV-1 infecte les canetons de moins de 6 semaines d’âge et se répand rapidement dans le troupeau. Il correspond à la forme la plus virulente.

DHV-2, un astrovirus et non pas un entérovirus, n’a été décri qu’au Royaume Uni chez les canards en pleins champs.

L’hépatite du canard n’est pas une zoonose.

Distribution

DHV-1 est modiale

DHV-2 n’a été décri que dans le Norfolk, Royaume Uni, et il n’y a pas eu d’épidémie depuis les années 1980.

DHV-3 n’a été décri qu’aux Etats Unis d’Amérique.

Signes Cliniques

Morts subites, opisthotonos, parésie, paralysie, enophtalmie.

L’infection par DHV-1 est la plus virulente. La morbidité est de 100% et la mortalité atteint 95% jusqu’à une semaine d’âge, 50% de 1-3 semaines d’âge et devient ensuite négligeable. La mort survient généralement dans les 1-2 heures suivant le début des signes cliniques.

La mortalité pour l’infection par DHV-2 est plus basse, et n’atteint que 20%.

Diagnostic

Lors de la nécropsie, le foie est hypertrophié, apparait verdâtre et affiche des hémorragies ecchymotiques.

Un gonflement de la rate et des reins et des hémorragies cutanées peuvent aussi souvent être observées.

L’examen histologique révèle une nécrose et une infiltration inflammatoire des cellules hépatiques.

Le foie de canetons peut être inoculé sur des œufs embryonnés ou des cultures cellulaires pour confirmer la présence du virus.

L'immunofluorescence directe confirme la présence de DHV-1.

La séroneutralisation peut aider à surveiller la vaccination et l’épidémiologie de la maladie.

Traitement

Aucun traitement n’est efficace s’il y a infection.

Prévention

Un vaccin est disponible contre DHV-1. Deux à trois inoculations peuvent être nécessaires. Des formes de vaccin vivant, atténué ou inactivé existent.

Une isolation stricte durant les premières 5 semaines de vie permet de prévenir la maladie.

Les virus résistent à l’inactivation par la chaleur, l’acide et certains désinfectants. Seuls le phénol à 5% et le formaldéhyde sont efficaces.

L’hépatite du canard est inscrite dans la classe B des maladies par l’Office internationale des Epizooties. Ceci implique que les canards à l’export doivent avoir un certificat vétérinaire international qui certifie qu’ils sont indemnes de la maladie et qu’ils ne présentent aucun symptôme. Le statut vaccinal doit aussi être révélé.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: duck hepatitis, duck hepatitis virus and duck hepatitis virus type II accédée le: 5/06/2011






Gough R.E. and McNulty, M.S. (2007) Picornaviridae. In: Poultry Diseases, 6th Edition (eds. Pattison, M., McMullin, P., Bradbury, J., Alexander, D.) Saunders, Elsevier, pp 350-359

Woolcock, P.R. (2008) Duck Hepatitis. In: Diseases of Poultry, 12th Edition (eds. Saif, Y.M., Fadly A.M., Glissen J.R., McDougald L.R., Nolan L.K., Swayne D.E.) Wiley-Blackwell, pp 373-384