Kératoconjonctivite Infectieuse Bovine

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connu sous le nom de: KCIB - Maladie de New Forest - Oeil Rose - Ophtalmie Infectieuse

Agent étiologique: Moraxella bovis

Introduction

La kératoconjonctivite infectieuse bovine (KCIB) est une maladie oculaire des bovins causée par un bacille aérobique, hémolytique et à Gram négatif, Moraxella bovis. La bactérie n’est pas mobile et fait partie d’une paire.

Ceci est la maladie oculaire la plus courante et importante au point de vue mondial chez les bovins.

La KCIB n’est pas une zoonose.

Distribution

Mondiale, mais surtout dans les climats chaud et donc particulièrement en Afrique, Asie et le continent Américain. La maladie est également présente en Europe et au Royaume Uni.

La maladie est plus fréquente lors des mois d’été et chez les jeunes animaux. Lors des mois de chaleur il y a plus de mouches et la lumière du soleil et la poussière prédisposent l’œil aux infections.

La maladie est transmise par les mouches telles que Haematobia irritans, Musca domestica, Stomoxys calcitrans et Musca automnalis. La maladie se transmet également par contact avec les muqueuses et les secrétions des animaux infectés. Il peut aussi y avoir des porteurs asymptomatiques de la maladie, qui portent souvent des souches non-pathogènes de M. bovis.

Animaux touchés

Les bovins Bos taurus et Bos indicus sont les seules espèces affectées.

Ce sont surtout les jeunes bovins qui souffrent de la maladie.

Il y a une maladie similaire chez le cheval causée par une espèce différente de Moraxella.

Pathogénèse

M. bovis envahit les glandes lacrimales et tarsales de l’œil, entrainant conjonctivite, opacités, uvéite, et ulcères de la cornée.

La bactérie se fixe au cellules grâce à ses cils, et produit des toxines béta-hémolytiques qui lysent les cellules épithéliales de la cornée. M. bovis sécrète également une toxine cytotoxique, une fibrinolysine pathogène, une phophatase, une hyaluronidase et des aminopeptidases.

Les protéines de la membrane bactérienne et le LPS sont aussi pathogènes.

Signes Cliniques

L’inflammation de la cornée entraine douleur, blépharospasme, lacrimation, photophobie et conjonctivite. Un écoulement oculaire peut devenir purulent. Des ulcères de la cornée peuvent être présents. Les animaux touchés peuvent perdre leur appétit et montrer une chute du poids et de leur productivité.

Les cas sévères non traités peuvent se développer en panophtalmite et il peut y avoir une cécité.

L’immunité s’acquiert avec l’âge.

Diagnostic

La maladie est confinée à l’œil et ne se propage pas dans le sang. Le diagnostique repose souvent sur les signes cliniques.

Lors de l’examen clinique, des signes précoces de la maladie sont une opacité de la cornée indiquant une kératite. Un œdème de la cornée se développe et donne un aspect bleuâtre à l’œil.

La conjonctivite est caractérisée par un œdème, un érythème et une congestion des vaisseaux de la sclère. Les ulcères de la cornée peuvent être visibles avec l’administration d’une teinture de fluorescéine. Les ulcères peuvent être superficiels ou profonds et peuvent laisser des cicatrices après la guérison.

La saison et la présence de mouches peut augmenter les suspicions d’infection avec M. bovis.

Des prélèvements de larmes peuvent être cultivés sur un milieu imprégné de sang ou de sérum, et la bactérie forme des colonies petites, rondes est friables. La bactérie ne peut pas être cultivée sur l’agar de MacConkey. Le test d’anticorps fluorescent est également disponible. La bactérie peut être visible sur des frottis de sécrétions lacrymales.

Traitement

Des injections sous-conjonctivales d’antibiotiques telles que la pénicilline sont le moyen de traitement le plus efficace, mais des injections systémiques d’oxytétracycline, de tulathromycine, de tilmicosine ou de florfenicol sont également possibles.

Un collyre contenant de la cloxacilline peut être appliquée lors de la phase aigue de la maladie. Il faut veiller à adhérer à la période de retrait suivant le traitement choisi.

Des anti-inflammatoires peuvent servir à avancer le rétablissement.

Les animaux se rétablissent en quelques jours ou quelques mois suivant la sévérité de la maladie et la présence d’ulcères.

Si possible, les animaux doivent être isolés à l’intérieur de bâtiments pendant le traitement afin de contrôler l’accès des mouches.

Les cas sévère peuvent bénéficier d’actes chirurgicaux tels que la fermeture de la troisième paupière ou une greffe de conjonctive.

Contrôle

L’éradication n’est pas possible car M. bovis est ubiquitaire dans l’environnement. Le contrôle des mouches est de valeur mais souvent impossible.

Une épidémie peut être contrôlée efficacement en dépistant, isolant et traitant les animaux affectés aussi vite que possible.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: infectious bovine keratoconjunctivitis and Moraxella bovis accédée le: 28/07/2011






Billson, F. M., Harbour, C., Michalski, w. P., Tennent, J. M., Egerton, J. R., Hodgson, J. L (2000) Characterisation of haemolysin of Moraxella bovis using a hemolysin-neutralising monoclonal antibody. Inf. and Immun., 3469-3474

Prieto, C. I., Aguilar, O. M., Yantorno, O. M. (1999) Analyses of lipopolysaccharides, outer membrane proteins and DNA fingerprints reveal intraspecies diversity in Moraxella bovis isolated in Argentina. Veterinary Microbiology, 70(3/4):213-223; 36

Bedford, P. G. C (1992) Ocular diseases. Bovine medicine: diseases and husbandry, Wiley-Blackwell, Oxford, pp712-721; 27