Maladie des Yeux Bleus

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connu sous le nom de: Syndrome de Yeux Bleus - Paramyxovirus Porcin - Rubulavirus Porcin - Paramyxovirus de Yeux Bleus - PVYB

Introduction

La maladie des yeux bleus est causée par le paramyxovirus des yeux bleus (PVYB), qui est un virus à ARN monocaténaire négatif. Il est apparenté au virus des oreillons et appartient à la famille des paramyxoviridae. Le virus mesure 135-148nm par 257-360nm, a une densité flottante en gradients de sucrose de 1.21g/ml et a une forme polymorphe (souvent sphérique). L’enveloppe du virus est couverte de projections et le nucleocapside exprime des neuraminidases hémagglutinine et des protéines de fusion et de matrice. Le virus est construit de 6 protéines structurelles, est résistant à l’actinomycine D et sensible au chloroforme, au formaldehyde et au bétapropiolactone.

Le virus entraine des signes nerveux, reproductifs et respiratoires chez son hôte domestique, le porc.

La maladie n’est pas une zoonose.

Animaux touchés

Les hôtes domestiques sont le chien, le chat et le porc et les hôtes sauvages sont le lapin, le rat, le chat et le chien errant et le peccary.

Les signes cliniques sont présents uniquement chez le porc, mais des anticorps peuvent être retrouvés chez le chien, le chat, le lapin et le rat.

La maladie affecte tout âge de porcs et entraine également des problèmes reproductifs chez le verrat.

Signes Cliniques

Les porcs infectés montrent une anorexie, une perte de poids, une léthargie, une déshydratation, une chémose perioorbitale et conjonctivale, un écoulement oculaire et une opacification de la cornée. Le virus entraine aussi des signes neurologiques tels qu’une tétraparésie, un opisthotonos, une dysmétrie, des problèmes de proprioception, des tremblements, un nystagmus, une mydriase, un aveuglement, une abolition du reflexe de clignement à la menace, et des signes respiratoires tels que tachypnée, dyspnée, et une respiration par la bouche.

Chez les porcelets:

Les porcelets sont prostrés, ont des membres arrière raides, une faiblesse généralisée, des fasciculations musculaires, un retard de croissance, une dépression, une excitation, ils tournent en rond, pressent leur tête au mur, peuvent être agressifs ou comateux. Il peut aussi y avoir des changements de pelage (terne et rêche), des érosions oculaires, une vessie distendue, une constipation ou une diarrhée.

Chez les truies:

Il y a une infertilité, des problèmes reproductifs, une mortalité embryonnaire, un retour à l’œstrus lors de la gestation, des mort-nés, des petites portées ou une momification en fin de gestation.

Chez les verrats:

Il y a une infertilité, un manque de libido, de l’hémospermie, une orchite et une epidydimite avec une gonflement des testicules.

Epidémiologie

Le virus est transmis par contact directe, par les fomites et par les oiseaux. Il est trouvé dans l’axone des neurones dans le site de réplication d’origine, les muqueuses nasales et les amygdales.

Il est aussi trouvé dans le foie, les poumons, la rate, les reins, les nœuds lymphatiques, le cœur et les testicules, ce qui suggère une dispersion par le sang.

Le virus a des effets cytopathiques qui entrainent un arrondissement des cellules, des vacuoles cytoplasmiques, la formation de syncytiums, et une mort de cellules. Des corps d’inclusion virales sont visibles dans certaines cellules.

Distribution

La maladie apparait restreinte au Mexique Central et à ses états.

Diagnostic

Le diagnostic de la maladie repose sur la combinaison de l’historique, des signes cliniques, de la sérologie, des lésions et sur l’isolation du virus.

Un test de neutralisation virale peut être utilisé une semaine après infection, et un test d’inhibition de l’hémagglutination peut être utilisé après 2 semaines.

On observe une lymphocytose et une monocytose pendant l’infection.

Lors de la nécropsie, on peut observer une opacité de la cornée, souvent unilatérale. Les porcelets montrent des signes de pneumonie, une vessie et un estomac distendus, des mèches de fibrine dans le péritoine et une congestion du cerveau.

Les porcs plus âgés montrent des hémorragies des reins et du péricarde et une congestion du cerveau.

Chez les verrats, il y a parfois une nécrose des tubules séminifères et une rupture des parois de l’epididymis avec la formation d’abcès et de granulomes.

Diagnostiques différentiels: PRRS, Maladie de Aujesky

Traitement

Il n’y a pas de traitement pour la maladie. Des traitements de support contre les signes respiratoires et l’inflammation peuvent être administrés.

Les porcs ataxiques sont souvent euthanasiés.

Contrôle

La maladie est auto-limitante et les épidémies sont sporadiques une fois le cheptel infecté.

Il n’y a pas de vaccin approuvé, mais un vaccin inactivé a été utilisé avec succès. Des programmes de prévention sont la méthode de contrôle la plus efficace.

Pour éliminer le virus, il faut fermer l’élevage, nettoyer entre les groupes d’animaux et suivre des protocoles de désinfection et de nettoyage.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: blue eye disease and blue eye paramyxovirus accédée le: 11/06/2011






Stephano, H.A., Olvera, M.J., Garcia, V.P., Ramirez, M.H., Cordoba, D.J. (1992). Eficacia de una vacuna inactivada para la prevencion de la infeccion por el paramyxovirus de ojo azul. Mem 27th Congr Assoc Mex Vet Esp Cerdos. Acapulco, Gro., 24-28.