Streptocoques et Entérocoques - Volaille

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connu sous le nom de: Streptococcose - Entérococcose

Agents étiologiques: S. dysgalactiae — S. equi — S. equi subsp. zooepidemicus — S. bovis/S. gallylyticus — S. gallinaceus — S. mutans — S. pluranimalium — S. suis — Enterococcus avium — E. cecorum — E. columbae — E. faecalis — E. faecium — E. durans — E. gallinarum — E. hirae

Introduction

L’infection par les streptocoques et les entérocoques chez la volaille peut entrainer une septicémie aigue et des infections chroniques chez les oiseaux affectés.

Il y a 50 membres du génus Streptococcus et 21 du génus Enterococcus. Tous sont des espèces commensales du système intestinal et des muqueuses des animaux et des hommes. Certaines espèces sont aussi ubiquitaires dans l’environnement.

Les infections sont le plus souvent opportunistes.

Les organismes ne sont pas des zoonoses, à l’exception de Streptococcus suis qui est rare chez les oiseaux et plus souvent transmis par les porcs. Il y a une certaine inquiétude concernant la propagation d’Entérocoques Résistance à la Vancomycine (ERV) de la volaille aux humains.

Distribution

Mondiale

Maladies

Streptocoques

Ce groupe de pathogènes entraine une variété de syndromes, dont une septicémie, une péritonite, une salpingite et une endocardite.

Les signes cliniques varient et vont d’une anorexie, d’une léthargie et d’une diarrhée à un taux de mortalité élevé, des signes neurologiques, une boiterie et une jaunisse.

Plusieurs espèces non pathogènes peuvent être isolées à partir d’oiseaux en bonne santé.

S. gallinaceus

Septicémie et endocardite chez les reproducteurs.

S. gallolyticus

Un pathogène facultatif des pigeons de course, qui entraine une mortalité aigue, une boiterie, une perte de poids, une diarrhée et une incapacité de voler. Il entraine aussi la mort chez le dindonneau.

S. dysgalactiae

Associé à une cellulite chez les poulets de chair.

S. mutans

Septicémie et mortalité chez les oies.

S. pluranimalium

Endocardite valvulaire et septicémie chez les adultes reproducteurs.

S. equi subsp. zooepidemicus

Endocardite, péritonite, salpingite, chute de la ponte, septicémie et mortalité élevée chez le poulet, et également une mortalité chez le grèbe au cou noir. Ce pathogène entraine aussi une septicémie chez la dinde.

S. suis

Cet organisme entraine une septicémie chez les espèces psittacines.

Entérocoques

Les entérocoques sont responsables d’infections de poussins d’un jour d’âge et du sac vitellin.

E. faecalis est le plus souvent associé à une maladie des oiseaux, et entraine une endocardite chez le poulet et des granulomes hépatiques chez la dinde. Une arthropathie amyloïde et une amyloïde systémique peut aussi se produire. Chez le canard, il y a une arthrite et une septicémie chez le caneton. E. faecalis peut aussi toucher le canari et peut être à l’origine d’une trachéite.

E. durans est à l’origine d’une bactériémie et d’une encéphalomalacie chez les jeunes poussins. E. hirae entraine des lésions du cerveau.

Lésions

Lors de la nécropsie, on observe des changements analogues chez le poulet, la dinde et le canard.

Une septicémie est la présentation la plus courante, et le foie est pale et friable, avec des viscères congestionnées et une décoloration jaunâtre ou orangée.

Un exsudat séro-fibrineux ou séro-sanguineux peut couvrir certains organes. La peau peut être décolorée et crouteuse s’il y a une cellulite ou une dermatite. Une arthrite septique entraine des lésions des articulations avec un exsudat jaune caséeux. Des lésions végétantes apparaissent lors d’endocardite. Des infarctus peuvent être présents dans les organes. Si les oiseaux souffrent d’encéphalomalacie, il peut y avoir des lésions partout sauf dans le cerebellum et une décoloration jaune apparait. Microscopiquement on observe une malacie et une infiltration hétérophilique. Chez le pigeon, une nécrose des muscles pectoraux caractérise la septicémie causée par S. gallolyticus.

Diagnostic

L’isolation et l’identification de l’organisme sont essentiels au diagnostic. Une bactériologie peut être effectuée sur le jaune d’œuf, le fluide embryonnaire, les valves du cœur, le sang d’oiseaux septicémiques, les articulations, et toute lésion suspecte. Des cultures de sang capillaire sont plus sensibles car l’organisme est piégé dans les petits vaisseaux.

L’agent peut être cultivé sur de l’agar de sang de mouton ou de bœuf, ou sur l’agar de MacConkey. Le test sérologique de Lancefield peut être effectué sur les colonies béta-hémolytiques.

Sur une section microscopique, les organismes apparaissent comme des cocci à Gram positif.

Traitement

Une culture et une sensibilité doivent être effectués avant de traiter l’infection. Le traitement est de moins en moins efficace si la maladie progresse parmi le troupeau.

Les cas chroniques avec arthrite et endocardite n’ont souvent pas une réponse satisfaisante.

L’amoxycilline est le traitement de première ligne dans la plupart des cas.

L’ampicilline, la doxycycline et l’erythromycine sont efficace chez les pigeons infectés par S. gallolyticus.

Contrôle

Une bonne hygiène et des stratégies de gestion et d’habitation sont importantes, surtout dans le bâtiment d’éclosion ou la transmission iatrogénique est possible. Les vaccins pour d’autres maladies, par exemple la maladie de Marek, peut transmettre ces infections opportunistes. Il faut minimiser le stress et l’immunosuppression.

Des vaccins existent contre S. gallolyticus et donnent un certain niveau de protection aux pigeons.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: Streptococcus and Enterococcus infections in poultry accédée le: 6/06/2011






Edwards, P. R., Hull, F. E (1937) Haemolytic streptococci in chronic peritonitis and salpingitis of hens. J American Vet Med Assoc, 44:656-660

Jortner, B. S., Helmboldt, C. F (1971) Streptococcal bacterial endocarditis in chickens associated lesions of the central nervous system. Veterinary Pathology, 8:54-62

Droual, R., Ghazikhanian, G. Y., Shivaprasad, H. L., Barr, B. C., Bland, M. B (1997) Streptococcus bovis infection in turkey poults. Avian Pathology, 26(2):433-439; 10

Ivanics, é., Bitay, Z., Glávits, R (1984) Streptococcus mutans infection in geese. Magyar Allatorvosok Lapja, 39(2):92-95; [5 fig.]; 20

Peckham, M. C (1966) An outbreak of streptococcosis (apoplectiform septicemia) in white rock chickens. Avian Diseases, 10:413-421

Devriese, L. A., Haesebrouck, F., Herdt, Pde., Dom, P., Ducatelle, R., Desmidt, M., Messier, S., Higgins, R (1994) Streptococcus suis infections in birds. Avian Pathology, 23(4):721-724; 10

Hernandez, D. J., Roberts, E. D., Adams, L. G., Vera, T (1972) Pathogenesis of hepatic granulomas in turkeys infected with Streptococcus faecalis var. liquefaciens. Avian Diseases, 15:201-216

Landman, W. J. M., Gruys, E., Dwars, R. M (1994) A syndrome associated with growth depression and amyloid arthropathy in layers: a preliminary report. Avian Pathology, 23(3):461-470; 38

Bisgaard, M (1981) Arthritis in ducks. Etiology and public health aspects. Avian Pathology, 10:11-21

Sandhu, T. S (1988) Fecal streptococcal infection of commercial white pekin ducklings. Avian Diseases, 32(3):570-573; 9

Devriese, L. A., Uyttebroek, E., Ducatelle, R., Viaene, N., Derijcke, J., Gevaert, D (1990) Tracheitis due to Enterococcus faecalis infection in canaries. J Assoc Avian Veterinarians, 4(2):113-116; 5

Cardona, C. J., Bickford, A. A., Charlton, B. R., Cooper, G. L (1993) Enterococcus durans infection in young chickens associated with bacteremia and encephalomalacia. Avian Diseases, 37(1):234-239; 9

Randall, C. J., Wood, A. M., MacKenzie, G (1993) Encephalomalacia in first-week chicks. Veterinary Record, 132(16):418; 2