Syndrome Ulcératif Epizootique

De WikiVet Français
Aller à : navigation, rechercher

Connu sous le nom de: SUE - Granulomatoses Mycotiques - Maladie des Boutons Rouges

Agent étiologique: Aphanomyces invadans aussi appelé: Aphanomyces invaderis — A. piscicida

Introduction

Le SUE est une maladie fongique des poissons d’eau douce et d’eau saumâtre de plus d’une centaine d’espèces. L’agent étiologique est l’Aphanomyces invagans, un champignon aquatique. Plusieurs facteurs sont nécessaires au développement de l’organisme dans la peau des poissons. Des lésions se développent dans la peau et les organes.

Distribution

La maladie est présente dans des parties de la région Asie-Pacifique et en Australie. Une maladie analogue a été décrite à l’Est des Etats-Unis.

Animaux touchés

Plus de 100 espèces sont touchées par la maladie.

Elle se déclare lors de périodes de température basse et de fortes précipitations dans les eaux tropicales ou subtropicales. Ces conditions favorisent la sporulation, et les températures basses entrainent un délai dans la réaction inflammatoire des poissons infectés.

La carpe chinoise, les poissons de lait et le tilapia sont résistantes à la maladie.

Signes Cliniques

Des taches rouges et des lésions hémorragiques sont présentes à la surface du poisson au début de la maladie.

Elles évoluent en ulcères et en lésions nécrotiques large. Le mycélium fongique est parfois visible à la surface des ulcères.

Des granulomes viscéraux, une septicémie et une défaillance de l’équilibre osmorégulateur entrainent alors une mort rapide.

Diagnostic

L’analyse histologique démontre des granulomes mycosiques et permettent d’isoler le champignon.

Il y a une spongiose aiguë et une perte des cellules épithéliales. Le dermis dégénère, et il y a une hyperémie, des hémorragies et une infiltration inflammatoire. Dans le stage avancé, une sarcolyse est évidente. Une couche de cellules enferme les filaments fongiques et la grannulations mycosique se propage à travers le muscle et les organes internes. Les fibres musculaires disparaissent et sont remplacées par des cellules inflammatoires, une fibrose et de nouveaux vaisseaux sanguins.

L’analyse histologique suffit au diagnostic définitif de la maladie.

Des préparations écrasées de muscle squelettique démontre des filaments fongiques et permettent un diagnostic rapide.

L’organisme peut être inoculé chez des poissons sensibles à la maladie et la croissance peut être démontrée par examen histologique après 7 jours, et par la présence de granulomes dans le muscle après 14 jours.

Traitement

Les poissons infectés peuvent être placés dans une eau propre et de bonne qualité, mais seulement si les lésions ne sont pas trop étendues, et il y a souvent de nombreuses cicatrices après guérison.

Il n’existe aucun traitement pour la maladie lorsqu’elle est plus avancée.

Prévention

La quarantaine et les certificats de santé lors de mouvement de poissons entre pays permet d’empêcher l’entrée de la maladie dans les pays indemnes.

Dans les régions endémiques, le contrôle de la maladie comprend des mesures d’éradication, d’exclusion, de gestion, de surveillance et de traitement.

Références


CABIlogo

Cet article est tiré du Manuel de la Santé et de la Production Animale (The Animal Health & Production Compendium), publié en ligne par CABI à l'occasion du Projet OVAL.

Fiche technique utilisée: epizootic ulcerative syndrome and Aphanomyces invadans accédée le: 10/07/2011






Bondad-Reantaso, M. G., Lumanlan, S. C., Natividad, J. M., Phillips, M. J (1992) Environmental monitoring of the epizootic ulcerative syndrome (EUS) in fish from Munoz, Nueva Ecija in the Philippines. In: Shariff, M., Subasinghe, R. P, Arthur, J. R. eds. Diseases in Asian Aquaculture 1. Manila, The Philippines: Fish Health Section, Asian Fisheries Society, 475-490

Lumanlan-Mayo, S. C., Callinan, R. B., Paclibare, J. O., Catap, E. S., Fraser, G. C (1997) Epizootic ulcerative syndrome (EUS) in rice-fish culture systems: an overview of field experiments 1993-1995. In: Flegel, T. W., MacRae, I. H. eds. Diseases in Asian Aquaculture III. Manila, The Philippines: Fish Health Section, Asian Fisheries Society, 129–138

Catap, E. S., Munday, B. L (1998) Effects of variations of water temperature and dietary lipids on the expression of experimental epizootic ulcerative syndrome (EUS) in sand whiting, Sillago ciliata. Gyobyo Kenkyu. Fish Pathology, 33(4):327-335

Chinabut, S., Roberts, R. J (1999) Pathology and Histopathology of Epizootic Ulcerative Syndrome (EUS). Bangkok, Thailand: Aquatic Animal Health Research Institute, Department of Fisheries, Royal Thai Government, pp 33

Lilley, J. H., Callinan, R. B., Chinabut, S., Kanchanakhan, S., MacRae, I. H., Phillips, M. J (1998) Epizootic ulcerative syndrome (EUS) technical handbook. Bangkok, Thailand: Aquatic Animal Health Research Institute

Bruno, D.W., van West, P. and Beakes, G.W. 2011. Saprolegnia and Other Oomycetes. In: Fish Diseases and Disorders Volume 3: Viral, Bacterial and Fungal Infections (eds. P.T.K. Woo and D.W. Bruno), CABI, Walingford, UK, pp. 669-720.